Mélina Kana


Retour page précédente

Melina Kana


Quand je chante - Όταν τραγουδάω -Otan tragoudao
Paroles en grec, en phonétique et en français (traduction faîte par moi)



GREC

 


FRANCAIS

Με κλειστά τα μάτια πάντα τραγουδάω

γιατί στην καρδιά μου ζέφυρος φυσά.

Έλα σκόρπισέ με Ζέφυρε σαν στάχτη

σ'ολνών τα βάθη τα επτασφράγιστα.

 

 

Αχ, ζωή μάγισσα

να σε μάθω άργησα.

Κάθισε κοντά μου, Θάμυρη, να πούμε

τη χαρά του κόσμου, το παράπονο.

Κάθε μέρα χάνω, χάνω το όνειρό μου

και το ξαναβρίσκω όταν τραγουδώ.

 

Αχ, ζωή μάγισσα

να σε μάθω άργησα.

Τα τραγούδια παίρνουν κάτι απ' την ψυχή μας

και το μεταφέρουν στο στερέωμα

όπου αναβοσβήνει σα θλιμμένο πάλσαρ

και το δρόμο δείχνει για τους ναυαγούς.

 

Αχ, ζωή μάγισσα

να σε μάθω άργησα.  

   

Je chante toujours les yeux fermés
car dans mon cœur souffle Zéphyr*
Viens Zéphyr, emporte moi comme de la cendre
dans les septuples profondeurs scellés de tous les hommes

Ah vie magicienne
je  t'ai connue trop tard (bis)

Assis-toi près de moi, Thamarys**
pour parler de la joie et des peines des hommes
Jour après jour, mon rêve disparaît
et je le retrouve quand je chante.

Ah vie magicienne
je  t'ai connue trop tard (bis)

Les chants arrachent quelque chose de mon âme
et il l'emmènent vers le ciel
où elle clignote comme une triste étoile
qui indique le chemin aux bateaux vulnérables.

Ah vie magicienne
je  t'ai connue trop tard (bis)


Mé klista ta matia pannda tragoudao
yati stin kardia moy zéfyros fyssa.
Ella skorpissé mé zéfuré san stahti
solonon ta vathi ta éptasfrayista.


Ah, zo-i mayissa
na sé matho aryissa

Kathissé konnta mou, thamiri, na poumé
ti hara tou kosmou to parapono.
Kathe méra hano, hano to oniro mou
kai to ksanvrisko otann tragoudao.

Ah, zo-i mayissa
na sé matho aryissa

Ta tragoudia pernoun kati ap tin psichi mou

kai to metaféroun sto stéréoma

opou anavosbini sa thlimméno palsar

kai to dromo deihni ya touss navayouss.  

Ah, zo-i mayissa
na sé matho aryissa

   

Je chante toujours les yeux fermés
car dans mon cœur souffle Zéphyr*
Viens Zéphyr, emporte moi comme de la cendre
dans les septuples profondeurs scellés de tous les hommes

Ah vie magicienne
je  t'ai connue trop tard (bis)

Assis-toi près de moi, Thamarys**
pour parler de la joie et des peines des hommes
Jour après jour, mon rêve disparaît
et je le retrouve quand je chante.

Ah vie magicienne
je  t'ai connue trop tard (bis)

Les chants arrachent quelque chose de mon âme
et il l'emmènent vers le ciel
où elle clignote comme une triste étoile
qui indique le chemin aux bateaux vulnérables.

Ah vie magicienne
je  t'ai connue trop tard (bis)


* Zephyr: nom mythique du vent du nord.
** Thamarys: Musicien mythique qui avait le pouvoir 
d'aveugler les muses et les priver de la musique.

Contactez-moi

aideAide haut de page